Jambon Beurre News
Le journal des réformateurs
n°1 - 7 avril 2002

Edito

Vous êtes maintenant nombreux à lire depuis le 13 mars Jambon Beurre News, les dépêches que nous vous faisons parvenir chez vous directement sur la vie nautienne.
Aujourd'hui, JB News se transforme en journal. En effet, des lecteurs nous ont fait remarquer que le ton de JB News n'était pas neutre comme le voudrait une véritable agence de presse. Aussi, la rédaction a préféré passer à un mode journal permettant plus facilement de prendre position.
La transition devait se faire dans la prochaine quinzaine. L'actualité nautienne nous a obligé à avancer la parution du premier numéro à aujourd'hui.
Cette semaine s'annonçait en effet mortelle en RFV avec les vacances notament consulaires, ou du candidat à la présidence de l'Université, M. de Montalbion. Elle fut riche avec la polémique engendrée par M. Duclos, cassant la coutume universitaire pour présenter des idées politiques à une assemblée étudiante, le retour de Juli et aujourd'hui, l'annonce de résultats électoraux contestés par le perdant, M. Ardoin.
Nous reviendront sur ces différents événements dans ce journal. Mais tout d'abord, je tiens à vous présenter les nouveautés, qui apparaitront dès ce numéro, ou par la suite.
Tout d'abord, le sous-titre du journal "le journal des réformateurs". Nous ne cachons pas être proche de certaines sensibilités politiques dont le PAPE est aujourd'hui le parti porte parole. Nous notons cependant que des personnalités politiques sont proches de nous sur certains points et que ce journal sera prêt à leur faire place pour défendre leurs idées, tant que celles-ci seront proches de celles de la rédaction. Cependant, JB News sera un journal engagé, et si la parole sera parfois donnée à nos adversaires, elle sera toujours suivie d'une contre analyse.
Dans la forme, le journal comportera plus d'interviews, une rubrique courrier des lecteurs (n'hésitez pas à nous écrire), une rubrique "copinage" pour les infos des copains, la rubrique "mauvaise fois" ou comment déformer les propos du Consul, de Matthieu Duclos, de Juli... et l'on tentera, à moyen terme, de jeter un oeil sur les pays étrangers et de voir comment sont vus les actions nautiennes à l'étranger.
Ce numéro pilote ne comportera pas toutes ces rubriques, vu le temps qui joue contre nous, mais nous pouvez nous envoyer toutes vos réactions, commentaires, soutiens, insultes à jb.hardouin@ifrance.com, nous publierons dans le prochain numéro l'ensemble de ces réactions, anonymes ou non (à préciser dans le mail).
En espérant que ce nouveau journal vous conviendra, et en espérant qu'il permettra aux journaux adverses d'avoir du grain à moudre pour publier à nouveau (hein "les décombres de la semaine" ou, pourquoi pas "Le Monde Virtuel" ou "PEU Info" !!), bonne lecture !

                                                                                                    Jean-Benoit hardouin, Rédacteur en chef
 

Sommaire

Actualité
La présidence de l'Université, un rattage du Consul ou une démonstration de force

Le retour de Juli, un coin de ciel bleu ou la division de la RFV

Le professeur Duclos en mal de notoriété

Copinage
JB News recrute

Le PAPE, seul parti politique actuel

Etranger
La reconnaissance nautio-scanthéloise et scanthélo-nautienne

Interview
Jean-Benoit Ardoin, un homme seul ?

Courriers des lecteurs

Actualité

La présidence de l'Université, rattage du Consul ou démonstration de force

Stupeur hier soir, 6 avril 2002, 21h, dans le hall de l'Université. Le Consulat avait annoncé dans la journée l'annonce des résultats du vote sur l'élection du Président de l'Université, une élection très suivie par les nautiens puique pour la première fois depuis longtemps, deux candidats se présentaient à un même poste avec l'ambition d'être élu, à savoir, M. de Montalbion, directeur du département conditions de vie de l'ISERFV, mais peu présent ces derniers mois en RFV et M. Ardoin, doyen du même institut, et président du PAPE.
Nous ne reviendrons pas sur le débat entre les deux visions de l'Université, parfois très proches (développement du rayonnement national et international de l'Université) mais parfois très éloignées (enseignement, recrutement). Les soutiens ont été rares, bien que le Consul ait annoncé publiquement son soutien à M. de Montalbion.
La polémique a commencé au milieu de la semaine. Le vote a en effet été cloturé lundi soir 1er avril minuit comme prévu, et les résultats tardait à être publiés. Le Consulat nous avait confié (cf dernier JB news) que la participation était bonne mais que les résultats étaient très serrés ce qui empêchait toute annonce à la va vite, et donc que ceux-ci ne seraient pas publiés avant plusieurs jours. Le PAPE, soutient officiel de M. Ardoin, avait réclamé une annonce plus rapide des résultats, du côté de M. de Montalbion, aucun écho, M. de Montalbion ayant préféré se donner une semaine de vacances cette semaine.
Non relayé, le PAPE n'a pas réitéré sa demande, pourtant, au consulat hier soir, tout le bureau politique du PAPE était présent, et M. Ardoin souriait, en expliquant que ce vote montrait qu'il était inévitable de réformer le Parlement, ce qui était une victoire toute acquise pour le PAPE.
21h13, le Consul apparait et annonce les premiers chiffres : la participation : 3 votants (NDLR : 37% ce qui n'est pas si formidable que cela alors qu'elle était annoncé comme bonne).
Le coup de couteau est alors donné à M. Ardoin : "est élu président de l'Université, M. de Montalbion avec 2 voix contre 1 pour M. Ardoin" (NDLR : 67%, pour un scrutin serré !!) . Les regards se tournent tous vers M. Ardoin, blanc comme un linge, qui sort du Hall et se dirige vers le service de la commission électorale au premier étage du Consulat (NDLR : M. Ardoin est, en tant que président du PAPE, membre de la commission électorale). Les applaudissements sont timides, M. de Montalbion n'étant toujours pas revenu. Personne ne se soucie des résultats sur les autres articles permettant à M. de Montalbion de réaliser son programme (unanimité) avec le soutien du Consulat et des autres organes nautiens (unanimité).
Ce n'est qu'une heure plus tard que M. Ardoin fera un communiqué mettant en doute les chiffres annoncés par le Consul. On peut penser que M. Ardoin a vérifié plusieurs fois ses chiffres, qui seront sans doute revue par le Consulat et la commission électorale, en attendant, M. de Montalbion est élu président de l'Université et on attend une réunion de presse dans les deux prochains jours au Consulat sur ces résultats.
Des recherches ne nous ont pas permis de retrouver des cas similaires de contestations des chiffres officiels en RFV. Si cette erreur venait à être confirmée, cela donnerait un coup dur au Consul, en mal de reconnaissance dans une situation politique agitée. JB News vous informera de la suite donnée à cette affaire.

Le retour de Juli, un coin de ciel bleu ou la division de la RFV

Grande nouvelle, Vendredi dernier avec le retour de Juli Casals, l'ex-président du PEU (Parti Ecologiste Unifié) et candidat malchanceux 2 fois aux élections consulaires et une fois aux élections vice-consulaires (d'après nos sources) soit un record de participation à ces élections. M. Casals avait disparu de la RFV subittement.
Il a été accueilli en grande pompe par quelques unes des grandes figures nautiennes, M. Lalande, M. Ardoin et M. Duclos.
M. Ardoin, ancien proche de M. Casals (NDLR : M. Ardoin a commencé sa carrière au PEU avant de faire scission lors de la guerre Krasslando-Yssoise sur la question de l'intervention au Zollenberg qui a divisé le PEU en deux, et qui a laissé des traces ensuite puisque les deux leadeurs politiques se sont ensuite toujours opposés et l'on se rappelle du duel PAPE-PEU qui a laminé le PEU, donné une très large majorité au PAPE et commencé le déclin de la RFV) a accueilli M. Casals avec bonhommie et en soulignant que pour lui, c'était un autre courrant de pensée qui revenait en RFV, soulignant par là la division encore très profonde entre les deux hommes. M. Duclos a ensuite accueilli avec chaleur (NDLR : on se souviens pourtant de l'opposition systématique entre les deux hommes du temps du consul Duclos) M. Casals en signalant que c'était la RFV historique qui revenait). Le Consul Lalande a salué le retour de M. Casals, déclarant que cela ne pouvait être qu'une intervention divine ! On ne connaissait jusqu'alors pas la profonde foix du Consul !
Le retour de Juli Casals, s'il s'avérait que Juli reprenne une véritable vie politique, marquerait une profonde refonte des courants de pensée actuels. Même si M. Ardoin semble méfiant et peu enclin à s'allier avec M. Casals, il est clair que les idées écolo-réformatrices seraient considérablement renforcées au Parlement nautien. Nous tenterons d'en savoir plus sur ce retour dans les prochains numéro de votre journal.

Le professeur Duclos en mal de notoriété

Vive polémique cette semaine entre M. Duclos et ses partisans, que l'on dit nombreux, et le PAPE. M. Duclos a présenté au long de la semaine une série de conférences, de très bonne qualité, sur la coutume nautienne. Si le fond fit l'unanimité, le forme fut vivement critiqué par le PAPE, jugeant que M. Duclos se servait de l'Université pour diffuser ses idées politiques. M. Duclos a répliqué en expliquant que le fait d'utiliser des éléments juridiques d'actualité était une coutume de l'enseignement juridique et envoyant assez vite le PAPE au tapis, n'ayant que peut d'arguments pour répliquer. Les sondages d'opinion ont montré une chutte brutale de bonnes opinions du PAPE dans la semaine en contrepartie d'une forte montée de M. Duclos. Du côté de la cellule communication du PAPE, on parle d'erreur stratégique et de discours prématuré et non réfléchi de la part du président, M. Ardoin. Nous reviendront sur ce point dans la rubrique Interview.
Ces interventions marquent cependant le retour sur la scène politique de M. Duclos, qui refait surface en se mettant en premier plan des opposants au projet du PAPE sur la réforme du Parlement.
 
 

Copinage

JB News recrute
JB News recrute des journalistes. Vous vous sentez la flamme de l'écrivain engagé, écrivez-nous à jb.hardouin@ifrance.com.

Le PAPE, seul parti politique actuel
Le PAPE annonce que toute personne se sentant proche de ses idées peut adhérer en écrivant à jb.hardouin@ifrance.com

Etranger

La reconnaissance nautio-scanthéloise et scanthélo-nautienne
Peu de polémique sur le traité de reconnaissance entre la RFV et la Scanténoisie-Hélvetia. En RFV, le traité a été voté à l'unanimité (3 voix) tandis qu'en Scanténoisie-Helvétia, il a été approuvé à plus de 83% (17% de bulletins blancs).Ce traité est donc maintenant en vigueur et permet aux citoyens des deux nations d'obtenir la double nationalité et la libre circulation dans les deux pays, et permet des échanges économiques, culturels et scientifiques. En outre, les deux nations se reconnaissent écologistes et pacifistes, s'engagent à se respecter et à ne pas s'aggresser mutuellement et se témoigenent leus amitiés respectives.

Interview

Jean-Benoit Ardoin, un homme seul ?
JB News a interrogé M. Ardoin, politiquement très présent ces dernières semaines, mais qui n'arrivent pas à rassembler derrière lui comme il a pu le faire dans le passé. M. Ardoin s'est prêté au jeu et nous a répondu sur l'actualité nautienne

JBNews> Bonjour M. Ardoin, depuis l'élection de M. Lalande, vous êtes très présent et vous vous marquez fortement dans l'oppposition. Pourtant, M. Lalande a été très proche de vous pendant longtemps, qu'est-ce qui vous divise aujourd'hui ?

JBH > M. Lalande a en effet appartenu longtemps au PAPE ou il a été un très bon militant. Mais son élection de polichinelle me semble inacceptable ainsi que son soutien au projet d'armée de M. Muller qui heureusement, grâce à un vote populaire fort, a échoué. Nous sommes passé très près d'un pacifisme historique à une nation surmilitarisée. M. Lalande était pourtant un fervant pacifiste dans le temps.

JBNews > Aujourd'hui, on vous voit partout, présidence de l'Université, présidence du PAPE, seul parti politique, rédacteur en chef de JBNews, parlementaires proposant des réformes sujettes à polémiques.... Pourtant, le PAPE peine à recruter et les membres historiques du parti sont partis, comment expliquez-vous ceci ?

JBH > Le PAPE a aujourd'hui une réputation entachée par ses échecs quand il était au pouvoir. Si ce fut un parti puissant et utile dans l'opposition (NDLR au consul Duclos), il a complètement explosé une fois arrivé au pouvoir. L'échec de M. Dejonghes comme consul n'est pas l'échec d'un homme mais de ce parti qui n'a pas su se restructurer pour le soutenir dans la majorité. L'expérience du GUN (NDLR Gouvernement d'Union Nationale où participait le PAPE) a encore plus abbatu le PAPE. Aujourd'hui, les millitants sont disparus (Stéphane, Elmer) ou font leur vie en ayant une ligne politique plus autonome (Cyril, Jef, JFB). Nous sommes dans une époque nautienne très individualiste, mais les partis ont un rôle à jouer, j'en suis certain et ils reviendront en première place rapidement.

JBNews > Le retour de Juli Casals, avec qui vous vous êtes fortement opposé lors de la guerre Krasslando-Yssoise vous inquiète-il ?

JBH > Pas du tout, Juli a ses idées et peu rassembler derrière lui, notamment des citoyens décus du PAPE, mais cela ne peut que donner de la vie à la politique nautienne.

JBNews > Votre projet de réforme du Parlement ne semble pas convaincre en RFV. Cette semaine, vous êtes largement déscendu dans les sondages d'opinion suite à la polémique avec M. Duclos. Vous enfermez-vous dans une opposition systématique ?

JBH > Je pense que le rôle des politiques est d'apporter l'intelligence, pas d'être démagogique. Je me suis souvent battu pour des projets que je pense bons mais qui ne passent pas dans l'opinion, notament l'idée d'économie utile. Sur ce point justement, on voit aujourd'hui comment l'économie libre n'a pas marché et la question de remettre en place une forme d'économie se posera plus ou moins tard. Je travaille fortement sur ce point à l'ISERFV car je pense que c'est l'avenir de l'économie micromondiale. On doit produire des services utiles, pas des produits virtuels. Sur la réforme du Parlement, le vote polémiqueux sur la présidence de l'Université risque de me donner raison et peut influencer le Parlement. Cela fait deux fois en deux mois que l'on aboutit à l'égalité des votes, il faut que cela cesse.

JBNews > Justement, pensez-vous que de critiquer les chiffres officiels vous donne  une bonne image de marque ?

JBH > Le but n'est pas d'avoir une bonne image de marque mais de faire respecter les votes de citoyens. La commission électorale a été créée en ce sens. Je n'entrerai pas dans les détails, laissons faire cette commission et laissons le Consulat vérifier ses chiffres....

JBNews > Si ce que vous avancez, l'égalité des votes à la présidence de l'Université, est vraie, que pensez-vous qu'il va se passer ?

JBH > C'est qqch de dramatique et cela va sans doute bloquer les réformes nécessaires à l'Université. Cela montre cependant qu'il est urgent de réformer le Parlement. Je pense que le Consul va être obligé de nommer un président parmi les deux candidats mais celui-ci n'aura pas le soutien populaire nécessaire pour réaliser ces projets facilement. A moins de revoter mais l'on reculerait encore l'élaboration de la nouvelle université. Si le Consul nomme un président, on sait aussi qui il nommera....

JBNews > Si vous n'obtenez pas ce poste, en tant que doyen de l'ISERFV, mettrez-vous des batons dans les roues de M. de Montalbion ?

JBH > Pas question, l'Université a besoin  de réfomes. J'aiderai Augustin à faire ses choix en espérant qu'il accepte aussi mes idées. Je compte dans une telle situations prendre d'autres responsabilités universitaires, notamment la création d'une revue scientifique (j'ai déjà des contacts) en espérant qu'Augustin sera dans ce cas d'accord.

JB News > Si vous n'êtes pas élu, cela vous bloquera pour vous présentez aux prochaines consulaires ...

JBH > ....

JBNews > M. Ardoin, vous n'êtes pas sans savoir que vous êtes un des candidats les plus sérieux à ces élections actuellement, soyez franc

JBH > Les élections consulaires ne sont pas d'actualité et je n'ai pas franchement réfléchi à la question. Vous savez, je pense être un bon Parlementaire mais un piètre gestionnaire !

JBNews > M. Ardoin, merci de cette interview

JBH > C'est moi qui vous remercie
 

Courriers des lecteurs

"Vous aimez remuer la merde vous non?". Hermann Muler, 13 mars 2002

"Vive l'indépendance de la Presse". Matthieu Duclos, 14 mars 2002

"Vraiment, un très bon journal". Jean-Benoit hardouin, 27 mars 2002

"De l'étranger, je lis régulièrement les dépêches de JB News, écrites dans un style très soutenu.... Franchement, je ne manquerait ces dépêches pour rien au monde". Yder Chevalier, Scanténoise-Hélvetia, 3 avril 2002

"Pourquoi n'avez-vous pas parlé de mon annexion du Krassland dans votre dernière dépêche ?" Bob le guerrier, en exil, 5 avril 2002