Jambon Beurre News
Le journal des réformateurs
n°5 - 21 Juillet 2002
 

Edito

Alors que la vie politique nautienne s'est calmé pour l'été après un printemps très agité, la rédaction de JB News vous offre ce 5ème numéro de notre journal. Nous voulions consacrer ce numéro à la préparation des élections consulaires par le PAPE mais les événements de cette semaine suivis du départ de M. Raulet ont abouti à un véto des dirigeants papistes de dernière minute. Reste d'une première maquette l'interview de M. Raulet (datant d'avant son départ) et le point de vue d'Yder Chevalier. Nous envisageons donc un numéro spécial "stratégie politique" pour la rentrée. Nous vous laissons donc lire ce numéro un tant soit peu édulcoré en raison des impératifs de dernière minute et de l'actualité palote de la RFV.

                                                                                                   Jean-Benoit Ardoin, Rédacteur en chef
 
 

Sommaire

Actualité
La proquesture à l'Ecologie
 

Copinage
JB News recrute

Le PAPE cherche adhérants

Interview

Point de vue

Courriers des lecteurs
 
 


Actualité

La proquesture à l'Ecologie
Seul véritable sujet de conversation de ces derniers jours dans l'aristocratie nautienne, la nommination de M. Raulet à la proquesteure à l'Ecologie a bien fait rire les dirigeants du MAL en mettant à mal la politique ultra-oppositionnelle du PAPE. En effet, M. Raulet s'étant déclaré précédemment sympathisant du PAPE, sa nommination posait un véritable problème à ce parti critiquant vivement le Consulat depuis le mois de février. La polémique au PAPE fut assez vive même si les dirigeants estiment que la parole a été donné à M. Raulet pour se défendre. Le PAPE a d'ailleurs souligné que M. Raulet était parti de lui-même et n'avait été frappé d'aucune mesure d'exclusion (même si des mauvaises langues soulignent que le PAPE aurait laissé le choix à M. Raulet de démissionner de son poste ou de partir).
Le PAPE qui n'aiat pas fait de communiqué, comme le veut sa propre coutume, après la nommination de M. Raulet a aussitot envoyé un communiqué quand M. Raulet a signalé quitter le PAPE. Ce communiqué rappelle que le PAPE s'oppose au gouvernement notament sur la Constitution et le cas "Muller".
M. Raulet semblait soulagé après sa déclaration et l'on attend sa première déclaration sur la situation écologiste de Nautia. Le gouvernement devrait cependant rester très diplomate sur le sujet car on sait les divergences entre Nautia et le Krassland sur le sujet.
Selon des voisins du Consulat, le soir de la nommination de M. Raulet, une grande fête aurait été organisée pour célébrer le mauvais coup porté au PAPE. Il est vrai que dans le genre manoeuvre politicienne, on a rarement fait pire en RFV, et le PAPE risque d'y perdre encore quelques plumes.
 
 

Le baromètre JB News

JB News présente ses indices de popularité sur la période 18 au 21 Juillet 2002. Les personnes ou partis sont présentés de l'indice le plus fort au plus faible.
 
Indice actuel (18-21/07/02) Indice précédent (15-17/04/02) Classement actuel Classement précédent
Matthieu Duclos 160 47 1 6
PAPE 160 13 1 3
Juli Marti Casals 140 53 2 5
Jean-Benoit Ardoin 120 93 3 3
Jean-François Lalande 80 74 4 4
Théophrate de Mytilène 60 100 1 1
Ra Dada 60 40 1 2
Nicolas Raulet 50 non classé 5 non classé
Jean-François Beauvais 40 -80 6 7
Krazline 0 non classée 7 non classée
Pierre Seguin -20 -107 8 8
Cyril Dejonghe -40 114 9 2
PIED -40 47 2 1
Egon Scheinwald -80 -73 3 3
Hermann Muller -100 -133 10 9
MAL -120 20 3 2
Augustin de Montalbion -160 120 11 1

De grands bousculements caractérisent cette mise à jour des indices de popularités nautiens. Seuls les personnalités étrangères gardent des indices du même ordre de grandeur que précédemment et un classement sensiblement le même (en notant que M. Ra Dada se classe à la première place, exequo avec M. de Mytilène).
Coté nautien, la première place revient à M. Duclos (en hausse de 5 places), sans doute grâce à une présence plus forte sur la scène politique nautienne grâce à son nouvel engagement politique. M. Marti Casals réussit l'exploit de passer de la 5ème à la seconde place alors qu'il a peu brillé par sa présence dernièrement. Les positions respectives de MM Ardoin et Lalande ne changent pas (3 et 4ème place). Un trio de nouveau nautien (Melle Krazline et M. Raulet) ou de nautiens en voie de disparition (M. Beauvais) occupent les trois places suivantes : M. Beauvais gagne cependant une place.
 à -M. Seguin voit paradoxalement son score faire un véritable bond (de -107 à -20) mais l'arrivée de nouveaux nautiens ne lui permet pas de gagner de place. M. Dejonghes tombe de la seconde à la 9ème place. M. Muller chute encore d'une place bien que son indice tende à la légère remontée. C'est M. de Montalbion qui obtient la médaille de l'originalité en tombant de la 1ère à la dernière place (moins 10 places) : il est vrai que le précédent indice avait été calculé durant la campagne pour le poste de président de l'université, la suite n'étant pas particulièrement glorieuse pour M. de Montalbion.
Coté partis politiques, le PAPE bénéficie de l'arrivée de ses nouveaux membres notament de celle de M. Duclos et se classe ainsi à la première place avec un très fort indice (160). Le PIED et le MAL voient leur indice largement chuter et perdent  ainsi chacun une place.
 
 

Copinage

JB News recrute
JB News recrute des journalistes, en RFV et à l'étranger. Vous vous sentez la flamme de l'écrivain engagé, écrivez-nous à jb.hardouin@ifrance.com.

Le PAPE cherche militants
Le PAPE annonce que toute personne se sentant proche de ses idées peut adhérer ou sympathiser en écrivant à jb.hardouin@ifrance.com

Brèves

"L'activité entre Janvier et Juin 2002 a été la plus forte que la RFV n'a jamais connu durant six mois consécutifs". "Mi Juillet 2002, l'activité du mois avait déjà dépassé celle du même mois de toutes les autres années". Ces phrases, issues d'un rapport sur l'activité nautienne de l'ISERFV montre que le Consul a réussi son pari : faire repartir l'activité nautienne. Dommage qu'il n'y ait que peu d'ambitions politiques dans le "programme" gouvernemental.

Une Carte de Talamanca a été proposé par Matthieu Duclos avec approbation du Parlement. M. Duclos n'a cependant pas retenu l'idée du Consul d'élaborer une ile pour y isoler le leader du PAPE, M. Ardoin, en cas de crise. JB News propose de créer une ile sous l'eau pour y isoler le Consul quand il nomme Herman Muller à une proquesture. "Mais elle existe déjà cette ile, c'est pour cela que le Consul est comme cela" nous ont dit les passants dans la rue interrogés sur l'efficacité d'une telle mesure.

M. Duclos, professeur de Droit à la faculté de droit de l'Université de Nautia a présenté un rapport pavé sur la diplomatie nautienne. Interrogé sur le sujet parce qu'il passait dans le coin, M. Ardoin nous a dit "et après, on me dit que c'est moi qui suis illisible".

M. Ardoin, doyen de l'ISERFV, prépérerait la loi cadre sur l'économie utile qui devrait être présentée par cet institut à la rentrée.
 
 

Interview

Nous interviewons pour ce numéro M. Raulet, nouveau proquesteur à l'écologie. Cette intreview remonte au milieu de la semaine, quand M. Raulet était encore sympathisant du PAPE, ce qui explique quelques décalages avec l'actualité..
 

JB News >  Bonjour Nicolas Raulet, vous êtes un jeune citoyen nautien pourtant la RFV commence dèjà à entendre parler de vous, pouvez vous nous
expliquer votre ascension surprenante ?

NR>  Bonjour JB, c’est vrai je suis nouveau mais je croit avoir bien cerné maintenant la RFV et de plus je suis passionné de tous ce qui constitue une micronation,
histoire, geo, droit, politique… Il est vrai aussi que l’on me dit que je suis ambitieux.

JB News > Vous avez annoncé devenir sympathisant du PAPE, pourquoi ce choix si rapide ?

NR> J’ai voulu me rapprocher d’un parti qui correspondait à mes orientations politiques et je croit que le PAPE fait l’affaire ; Je l’ai rejoint vite de manière à me rapprocher de la vie politique de la RFV et de mieux la comprendre

JB News > Vous êtes grand maitre de l'ordre des Chevaliers de la Table Ronde (OCTR), pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste cet ordre et quel y est exactement votre role ?

NR > L’OCTR a été fondé par moi voilà plusieurs mois maintenant et j’en suis le Grand-Maître c’est à dire le chef ; L’ordre s’inspire de l’ordre Jedi(je sais, c’est
dans un film), des Ordres de Chevalerie crée à l’époque des croisades (templiers, malte, chevaliers teutoniques) (cependant l’OCTR est laïque), des Ordres actuels
honorifiques et bien sur des Chevaliers de la Table Ronde d’Arthur. Sinon il consiste en pas grand chose, c’est un ordre qui regroupe des amis sur le Net. voilà.

JB News > Cet Ordre inquiète un certain nombre de nautien qui ont peur de voir s'implanter un groupuscule prêt à prendre le pouvoir au mépris de l'histoire et des coutumes nautiennes : l'OCTR a-t-il une ambition politique ?

NR > L’OCTR n’a aucune ambitions politique à Nautia, que les citoyens se rassurent. D’ailleurs il n’y a que moi comme membre de l’Ordre à Nautia.

JB News > Il existe dans le micromonde le Graal Virtuel, une société secrète sur laquelle peu de monde a réellement d'informations qui fit notamment parler d'elle lors de la guerre Krasslando-Yssoise et qui est retournée dans l'ombre depuis : l'OCTR a-t-il une affiliation avec cette société ? Etes vous la face visible de l'Iceberg ? Dans certains cercles qui se disent bien informés, on sussure que vous seriez un des grands chefs du Graal Virtuel qui aurait fait cessession, quand est-il ?

NR > Et bien figurez vous que je n’ai jamais entendu parler de cette société secrète et vous pouvez me croire ni moi ni l’Ordre n’avons d’affiliation avec cette société.

JB News > Bien que sympathisant du PAPE, vous avez proposé au Consul de prendre en charge l'Ecologie et avez accepté une proquesture ? Certains bruits
courent comme quoi le PAPE aurait fortement réagit à cette annonce ? Comment voyez-vous la chose ? Vos deux engagements sont-ils conciliables alors que le PAPE a annoncé se préparer pour entamer une dure campagne consulaire ? Avez-vous été menacé d'exclusion du PAPE ?

NR > Je n’ai encore pas était menacé d’exclusion bien que je comprendrais que les dirigeants soit favorable pour m’écarter du PAPE étant donné que je pactise avec l’ennemi mais j’ai envoyé un message au PAPE disant ce que j’en pensais (j’espère que ça a été reçut) à la suite de plusieurs vive réactions de la part des autres membres du PAPE

JB News > Voyez-vous le PAPE comme un boulet pour vos propres ambitions ou bien comme un potentiel tremplin ?

NR > Le PAPE pourra sans doute m’aider tant que j’y serais mais je ne croit pas qu’il m’enverra trop loin et de plus ce n’est pas ce que je veut.

JB News > Quel est votre programme concernant l'Ecologie Nautienne ? Pensez-vous pouvoir appliquer un tel programme par le gouvernement Lalande ? Celui-ci sera-t-il mis en place avant les élections consulaires ? Quelle marge de manoeuvre vous laisse le Consul sur le domaine couvert par votre proquesture ?

NR > Pour le moment j'entame une enquete au niveau micromondiale et je réfléchis à plusieur projet consernant l'écologie. J'espère qu'une grande partie de mon travail sera acomplie avant les élections et je pense que nous arriverons à coéxister dans ce gouvernement

JB News > Jusqu'où iront vos propres ambitions en RFV ? Dans le micromonde ?

NR >Je ne sais pas, on verra bien, mais je ne voudrait pas non plus aller trop loin. Je ne suis pas une menace pour la RFV vous verrez que je ne veut pas en prendre le contrôle absolu.

JB News > Merci Nicolas Raulet

Point de vue :
Quelle place pour l'opposition nautienne ?
par Yder Chevalier, citoyen scanthénois et observateur de la vie politique nautienne


 

De l’étranger, la vie politique nautienne paraît à la fois fade et surprenante, simple et alambiquée mais aussi dure et douce.

Fade car peu de surprises ponctuent la vie du Parlement mais surprenante car derrière son grand sérieux, le Parlement nautien imagine des projets faramineux, et arrivent à se construire une Culture propre amplement basée sur les caractéristiques personnelles des nautiens et sur son histoire.

Simple car Nautia a toujours privilégié le bipartisme, ou du moins la bipolarisation politique, avec un des systèmes politique les plus simples du micromonde (un Consul élu, le reste des citoyens formant le Parlement) mais alambiquée car les alliances politiques restent floues, peu mise sur le devant de la scène, arrivant de façon surprenante à des alliances contre-nature contre des ennemis imaginaires, anciens partenaires d’une précédente législature.

Dure car le ton monte vite, les nautiens étant par nature soupe au lait et de plus dotés d’une inimaginable mauvaise foi qui doit être enseignée très jeune pour arriver à un niveau artistique rarement égalé mais douce car la méthode duclosienne de recherche absolue du consensus mou, couplé à un respect quasi-vicéral du principe du Cool, ont abouti  à une tradition ou les plus acharnés des politiciens nautiens peuvent passer pour de doux agneaux dans les autres Parlements micromondiaux.

Bref, le peuple nautien a su, malgré des phases difficiles garder son histoire, ses traditions (souvent appelées coutumes dans votre pays) et sa mentalité face à un micromonde touché lui-aussi par une uniformisation culturelle inévitable depuis que les dirigeants du micromonde cherchent à tout prix à organiser des structures politiques, militaires et culturelles communes.

L’étranger, mais aussi parfois le citoyen novice, est souvent déboussolé en abordant cette nation si particulières et bons nombres d’entre eux ont vite abandonné l’espoir de connaître ce peuple formidable. J’ai eu moi-même la chance de n’avoir d’autre choix, suite à la mort clinique de la NRLI que j’habitais, que de me réfugier dans votre pays où je suis resté discrètement plusieurs mois avant de repartir dernièrement en Scanthénoisie-Helvétia. J’ai ainsi pu observer sans jamais intervenir les grands instants politiques de votre nation : la fin du règne Duclos, la tombée inexorable de la RFV dans la léthargie, l’explosion nucléaire de septembre 2001 et la résurgence grâce au Consul Lalande qui permet à Nautia de briller à nouveau dans notre micromonde.

Mais venons en au sujet de cet article : quelle place pour l’opposition politique dans la vie nautienne.

Comme la vie politique en général, l’opposition nautienne  a toujours maintenu un certain mystère pour le néophyte. La première question que j’ai essayé de me poser était de savoir s’il existait une réelle opposition en RFV, qui était-elle, et comment fonctionnait-elle. Ma première stupéfaction fut que j’eu un peu du mal à définir qui faisait réellement parti de l’opposition en RFV.

La vie politique nautienne étant essentiellement tournée vers et autours des partis politiques, j’ai donc cherché à voir ce qui pouvait les distinguer. L’histoire de ces partis nous apprends beaucoup d’eux : Le plus ancien parti que j’ai connu, aujourd’hui mort, était le PRV dirigé d’une main de fer par Matthieu Duclos qui en avait fait une vitrine de son titre de Consul. C’était un parti duclosien à souhait de par son fonctionnement et de par ses idées. Il ne sortait qu’occasionnellement du fin fond de l’espace quand le Consul jugeait en avoir besoin (notamment lorsque le financement des partis était d’actualité), mais il n’était en aucun cas un incubateur d’idées : il était, c’était sa seule fonction.

Face à lui, le PEU s’était installé comme parti d’opposition. L’opposition consistait alors à mettre en avant un leader alternatif à la dynastie duclosienne, en l’occurrence Juli Marti-Casals, mais aussi à avoir une réelle place pour y distiller des idées de réformes comme l’instauration d’un état semi-fédéral toujours mis en avant par le PEU. L’opposition semblait nette pourtant des petits arrangements politiques entre le PEU et le Consul permirent au PEU d’obtenir certains postes au niveau national et international, et le PEU rentra progressivement dans la tacite technique du consensus duclosien : du moment qu’il convient à tous, tans pis si le projet n’apporte rien et il conviendra d’autant plus à tous qu’il ne changera rien.

La fission du PEU pour former le PAPE ne fit que rendre encore plus floue une situation politique difficile à cerner : le PAPE s’annonça d’emblée comme un parti d’opposition au Consul pourtant, un à un les membres du PAPE prenaient des responsabilités politiques dans le Consulat. Certes le PAPE se voulait un parti d’idées et non un parti de pouvoir, pourtant, la simili-cohabitation d’alors ne permit pas au benjamin des partis de faire passer beaucoup d’idées. C’est ce qui fit dire à l’époque au Consul Duclos qu’ « il n’y (avait) pas d’opposition en RFV, seulement une majorité divisée et parfois turbulente ».

Le PAPE se focalisa fortement sur la campagne des consulaires en proposant un arsenal de propositions, sur lequel le PEU, son concurrent peina  à répondre : la réponse par les urnes fut des plus dure pour le PEU qui se marginalisa. L’opposition fut alors inexistante, l’ensemble de la classe politique, exception faite du PEU réduit à néant, soutenait le PAPE, même si le PAPE n’accorda de postes qu’à ses propres militants.
 
La léthargie de l’opposition s’accéléra avec celle de Nautia, et culmina lors de l’élection du Gouvernement d’Union National dans lequel toutes les personnalités politiques (exception faite encore une fois du PEU) participèrent. L’absence de Juli réduisit l’opposition à zéro, et Nautia faillit ne pas s’en remettre.

La prise de pouvoir par le Consul Lalande en février dernier revigora l’opposition nautienne et l’on vit revenir sur le devant de la scène le PAPE puis le PEU (devenu PIED). Nautia connu une vraie période d’opposition : le gouvernement qui s’était créé une vitrine nommée MAL, défini par un grand vide programmatique mais aussi par une envie profonde de faire renaître Nautia, gouverna seul. Le PAPE et le PIED, subitement très proches (quoi que des divergences profondes ne permirent pas la scission vaguement envisagée), ripostèrent en tout point et l’on vit pour la première fois à Nautia des projets de lois refusés car contraires à l’avis de la majorité, sans que la méthode duclosienne n’ait été, ne serait-ce que de loin, envisagée.

L’arrivée de nouveaux citoyens aurait pu mettre fin à cette période que l’on dit éprouvante pour les nerfs des nautiens, car elle fut propice à un durcissement des débats au Parlement. Le Consul, en nommant proquesteur un nouveau citoyen proche du PAPE, donnait un signe d’enterrement de la hache de guerre entre les deux principales formations politiques et le PAPE aurait pu devenir un parti à la charnière entre majorité et opposition. Le refus de cette situation par la PAPE et le départ du nouveau nommé de cette formation politique renforce la tendance actuelle qui prévaut à une réelle séparation politique entre les partis de la majorité et ceux de l'opposition. Reste que l'opposition n'a pas de leadeur qui puisse l'aider à passer actuellement le cap des consulaires qui seront vraisemblablement programmées en Automne : les rancunes entre le PIED et le PAPE ont laissé des traces, M. Marti Casals s'est marginalisé et sa formation politique a quasiment disparue, quand au PAPE, toujours présent, il semble en mal de représentation politique, s'isolant dans une politique d'opposition certes souhaitable pour la vie nautienne, mais qui risque de nuire à ce parti à moyen terme. Le PAPE garde de plus encore son empreinte de parti collectif sans réel leader qui a si bien marché pour l'élection de M. Dejonghe, mais qui ne permet pas d'envisager un poste de Consul, une fonction hautement personnalisée.

Reste que l’histoire nous montre un affaiblissement de l’activité nautienne corrélée à celle de son opposition, ou du moins à celle des partis s’en réclamant. Sans réveil rapide du PIED, le PAPE risque d’être la seule alternative à l’absence d’opposition, et de sa stratégie, dépend, sans doute pour une certaine part,  de l’avenir de Nautia. Mais la voie que prennent ces deux partis risquent de les laisser encore pour longtemps dans l'opposition.

Courriers des lecteurs

JB News n'a pas reçu de courriers des lecteurs cette semaine. N'hésitez pas à nous écrire, nous publierons toutes les communications reçues.