Le Koala Extasié

                 Le journal qui nationalise le libéralisme 

 

 

(Plus ou moins) Bimestriel - Numéro 1- Septembre 04

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Edito :

« politiquement correct », le cancer de la démocratie !

 

 

 

 

 

Il n’est pas dans les habitudes de la rédaction du Koala de prendre partie dans les affaires privées de ses collaborateurs, et moins encore de commenter des décisions de justice en suspend.

 

L’actualité juridique de notre cher pays pose cependant une question cruciale :

Ne sera-t-il bientôt plus possible à Nautia de prononcer les mots « libéral » ou « nationaliser »  sans se faire assommer par les tirs croisés des joueurs de pétanque ?

 

Autrement dit, la RVF de Nautia est elle menacée par le politiquement correct ? On est en droit de se poser la question.

 

Le Koala défend fermement l’idée que les règles de bienséance en vigueur sur les listes de diffusion et les textes de la loi nautienne (loi soleil, principe du cool…) protègent suffisamment le citoyen, sans qu’il y ait besoin d’en rajouter une couche.

 

Vous pourrez compter sur votre nouveau journal pour défendre sans cesse et toujours la tolérance et le respect, mais aussi la liberté d’expression  et le droit à l’irrévérence.

 

Prosper Duruivoi, Rédacteur en chef

 

 


 

 

Education : INAUGURATION de l’école réformée  du Clos Matthieu : longue vie à  la nouvelle EAVNCM !

 

 

C’est sous le nom qui fleure bon la nautiance d’EAVNCM (Ecole d’Apprentissage de la vie nautienne du Clos Matthieu) qu’a été inaugurée en grande pompe la version réformée de l’école du Clos Matthieu.

Fruit d’un formidable travail de collaboration de toute la nation, et en particulier des gâchettes juridiques du NACIEN et du Consul Suire, cette nouvelle institution permettra une meilleure intégration des nouveaux nautiens. Les reporters du Koala se sont rendus à la cérémonie d’inauguration : récit

 

 

Université de Nautia 28/08/04 - C’est à une assemblée émue et enthousiaste que se sont adressés les huiles de Nautia (Consul, Président de l’université, Directeur de l’école). Les discours étaient si  magnifiques que plusieurs personnes dans l’assistance se sont évanouies.  Après ça, la soirée a vraiment pu commencer, et laissez moi vous dire, cher lecteur, que ce fut sauvage : le Directeur Lalande, en grande forme, s’est jeté sur le buffet en hurlant « faites péter les boutanches », tandis que Maxime Gheysens, qui avait visiblement pris de l’avance, faisait de grands moulinets avec deux bouteilles de Chaby en apostrophant le Consul : « Et la commission écologique ! J’exige la liste des gaz de cette école ! ». Jean-Benoît Ardoin jetait alors les différents éléments de son ensemble gucci à ses admiratrices en rugissant « Farfaitement, et les produits chimiques alors ! ». La plus grande confusion s’ensuivi, et il serait délicat d’entrer plus avant dans les détails de cette soirée sans risquer de nuire au prestige des différentes institutions que compte le pays… Retenez seulement que ce fut une des plus belles bamboulas inauguratoires que connut Nautia, à la hauteur de l’évènement.

 

 

 

 

 

 

 

Politique : élections consulaires,  vers une arrivée au sprint ?

 

 

Lédao, le 25/08/04 - En cette période de prè-campagne, les observateurs avisés de la vie politique nautienne s’étonnent de la faible mobilisation des candidats aux consulaires 2004. on s’autorise à penser, dans les milieux bien informés, que l’élection devrait se régler dans les tout derniers jours par un sauvage sprint final. Les poids lourds de la politique, à l’image du Consul Yann Suire, restent donc en retrait et attendent leur heure, entretenant le suspens sur leur candidature.

Une seule exception dans ce morne paysage : le sémillant fondateur du NACIEN, Maxime Gheysens, qui multiplie les initiatives et entraîne derrière lui un vaste mouvement populaire.  C’est vers 3 heures du matin, dans un établissement bien connu de la capitale que notre journaliste a retrouvé le fringuant Jean-Benoit Ardoin, éminence grise de la campagne de Maxime, dont la fermeté du jarret et la classe vestimentaire font pâlir d’envie ses adversaires politiques. Entretien à bâton rompu :

 

Le Koala : Président, Président, vous ne connaissez pas toutes les forces vives de votre entreprise… hips !  Ah euh non, je m’ai gourré d’interview… Hips ! Putain, y tape ce chabymoxto… Euh, Monsieur Ardoin, dans quel état d’esprit  Monsieur Gheysens aborde-t-il cette campagne (hips) ?

 

Jean-Benoît Ardoin : Tout d'abord, j'excuse Maxime qui n'a pas pu venir lui même à cette interview car il a pris quelques jours de congés et de réflexions avant d'entamer la bataille des consulaires. Maxime aborde cette campagne dans un esprit à la fois très positif, très dubitatif et très curieux. Très positif car il a obtenu le soutien unanime du NACIEN qu'il attendait, que son programme a enthousiasmé les membres du NACIEN, donc il est désormais soutenu par le plus important parti nautien actuel. Il reste assez dubitatif car il s'agit des premières élections consulaires de Maxime, et que le nombre  actuel de candidat rend sa tache plus difficile (nous en reparlerons sûrement). Très curieux, car Maxime l'est par nature ce qui explique ses multiples engagements à  Lédao, à l'Université,  dans les instances micromondiales et bien sur à Nautia en général. Maxime a ainsi réussi en quelques mois à connaître de nombreuses facettes de Nautia  ce qui lui donne un certain avantage par rapport à d'autres candidatures.

 

 

L.K. : La faible mobilisation de vos adversaires et le désistement du PICE entament-ils votre mo-mo-motivation (hips) ?

 

JBA. : Le PICE reste inorganisé comme nous pouvions nous y attendre, bien qu'il ait lancé une perche au moribond PIED pour faire une campagne "tous contre le NACIEN".  Reste que le nombre de candidatures potentielles était assez faible cette fois-ci, les anciens s'étant  quasiment tous (cherchez les intrus)  épuisés à la tache de consul, et la nouvelle génération étant encore un peu "jeune" pour se permettre de se présenter dès à présent à la candidature suprême. Il reste alors que peu de choix parmi les candidats intermédiaires, puisque la plupart ont disparu : il ne reste que Yann et Maxime (avec cependant plusieurs mois de différence d'ancienneté) qui me semblent potentiellement des candidatures intéressantes. Une nouvelle génération semble sortir, les prochaines élections seront peut être plus "classiques". En attendant, cela n'entament en rien la motivation de l'équipe de campagne, puisque si il se confirme que seul Maxime est candidat, il faudra alors convaincre chaque, je dit bien chaque nautien, un par un, que la candidature de Maxime est la bonne. Nous savons tous que les élections à une seule possibilité sont les plus difficiles, car l'ensemble de la population se réunit alors derrière l'unique candidat et l'opposition se rétracte, ce qui aboutit  le plus souvent à une forte diminution de l'activité suite aux élections. L'Histoire nautienne nous montre que ce type d'élections entraîne souvent des périodes désastreuses ensuite : nous pourrions mettre dans ce cadre l'élection de Cyril fin 2000, seul candidat "sérieux", qui a aboutit  à la forte suprématie du PAPE qui n'a pas été bonne. Dans le même champ, on pourrait mettre le GUN (Gouvernement d'Union National) en mars 2001 qui a été un échec complet. Bref, la tache est rude, et dans ce cas, il faudra prouver que l'histoire ne se reproduit pas inexorablement. C'est une lourde responsabilité à porter pour Maxime.

 

 

L.K. : En cas de vi-victoire, quel  sera le premier dossier que vous ouvrirez ?

 

M.G. : Maxime, comme le NACIEN en général, est attaché à deux idées : l'économie et la notion de citée. Ces deux idées seront sans doute le gros dossier (le premier ?) que lancera Maxime en cas de succès (ce dont je ne doute point).  Le NACIEN a beaucoup réfléchit à l'économie, notamment aux longs et nombreux débats qui ont eu lieu au Parlement. Il nous apparaît clair que les nautiens n'attendent pas tous un système économique, et que ceux qui le souhaitent n'attendent pas tous le même système. L'idée que nous avons en tête est de permettre une expérimentation de différents systèmes qui devront avoir des points communs afin de permettre des échanges économiques entre eux, en laissant la liberté à chacun de s'impliquer dans l'un ou l'autre ou aucun ou plusieurs systèmes, de manière à ce que chaque citoyen, quelque soit sont implication, garde les mêmes droits et possibilités que les autres. Un tel système est complexe, et il s'agira sans doute de construire une "charte commune sur l'économie" en premier. Ensuite, nous pensons que les villes actuelles sont de bons niveaux pour tester ces systèmes, mais il faut pour cela qu'elles obtiennent plus de marge de manoeuvre afin de pouvoir avoir une certaine autonomie dans certains domaines (dont le domaine économique). Une réforme profonde de la loi le Corbusier nous semble nécessaire pour transformer les villes en citées, c'est-à-dire en territoire sous législation nautienne mais ayant des possibilités d'expérimentation dans certains domaines (nous pensons à l'économie bien sur mais nous avons aussi d'autres projets comme une citée universitaire par exemple). C'est un travail considérable, mais je pense que Maxime aura l'entrain de mener de telles réformes.

 

L.K. : La direction du NACIEN et de l'Université vous paraissent-elles compatibles avec le poste de Consul (hips) ? Que répondez vous à ceux qui évoquent le cu-cumul des mandats ?

 

JBA. : Votre rédaction est peut être mal renseignée, mais Maxime ne dirige pas l'université, il y est "seulement" un de nos plus brillant étudiant. Maxime occupe un certain nombre de postes, c'est certain, et il devra en tenir compte et s'il le juge nécessaire en abandonner quelques uns pour bien mener sa tache. Cela a l'avantage que Maxime s'est rapidement formés dans plusieurs domaines : il connaît bien le système des villes (Divan de Lédao), l'Université (étudiant), l'économie (journaliste à Heb le Dromadaire), et le micromonde de par son implication récente dans les institutions micromondiales. Ceci lui permet d'avoir la carrure d'un des meilleurs consuls que Nautia aura connu, et je vois plutôt en cela un véritable atout pour Maxime qu'une difficulté. Les personnes qui ricanent d'un tel cumul sont sans doute celles qui ne s'impliquent plus dans rien !! Et à ma connaissance, le cumul n'est pas réglementé à Nautia. Alors cessons ces balivernes et élisons Maxime pour de grandes réformes !!

 

LK : Me- merci  bien Monsieur Ardoin (hips), excusez moi, je m’éclipse, un rendez vous urgent… (beuarrrrrrrrrrr… oh putain ça va pas fort, j’ai du manger un truc pas frais, hips…)

 

 

 

 

 

 

 

DERNIERE MINUTE : le Consul Suire Candidat !!

 

 

 

Talamanca 27/08/04 C’est désormais officiel : par un communiqué laconique, le Consul Suire a annoncé qu’il briguerait sa propre succession, se lançant ainsi dans la course des consulaires 2004. Nous développerons bien entendu cette nouvelle de première importance dans notre prochaine édition (spéciale élection, à ne pas rater !!), parce que merde faut pas déconner, les articles je vais pas les réécrire tous les deux jours…

 

 

 

 


 

 

Multimédia : vers l’adoption de la norme colibri 1.0 ?

 

Il s’agira sans doute d’un des grands chantiers du futur consulat : l’introduction à Nautia d’une nouvelle espèce : le colibri. C’est en tout cas un bruit insistant que les oreilles indiscrètes du Koala ont recueilli pour vous dans les hauts lieux  de l’intelligentsia nautienne. Cette solution est évoquée pour permettre l’envoi rapide de messages entre Lédao et Talamanca, et afin de limiter les déplacements en libellules qui grèvent les emplois du temps déjà surchargés de nos responsables. Sympathique animal, le colibri est doté de capacités uniques : le vol stationnaire, qui lui permet de consulter une carte routière sans s’arrêter sur une aire de repos, et même le vol à reculons, très pratique pour se garer.

En dépit des difficultés technologiques et juridiques qui ne manqueront pas de se poser, l’adoption de la norme colibri 1.0 marquera sans nul doute l’histoire des télécommunications à Nautia.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sciences : D’étranges découvertes archéologiques remettraient en cause notre connaissance de la préhistoire nautienne

 

 

Découverte de premier ordre ou canular ? L’avenir nous le dira… Un promeneur nautien, historien amateur,  et qui a souhaité garder l’anonymat, affirme avoir découvert des traces de l’existence d’une antique civilisation nautienne  dans des grottes dont il garde soigneusement l’emplacement secret. Il assure qu’il lui faudra plusieurs mois pour analyser la portée de sa découverte, et qu’il adressera en temps utile une communication à l’université. Le Koala, qui vous livre en exclusivité cette information,  suivra avec la plus grande attention les développements de cette étrange affaire.

 


 

 

Société : le drame du « style sms »

Enquête sur les parias de Nautia

 

Chaque année, ils sont des dizaines à se fourvoyer dans l’utilisation de substances orthographiques douteuses. Les conséquences ne se font pas attendre : bientôt, c’est la spirale infernale vers la désocialisation, la perte de l’estime de soi, puis la disparition pure et simple. Les pouvoirs publics constatent, impuissants, les ravages de ce véritable fléau des temps modernes. Ne reculant devant aucun sacrifice pour informer ses lecteurs, le KOALA n’a pas hésité à dépêcher l’un de ses reporter dans les bas quartiers de Talamanca, afin d’aller à la rencontre de ceux que l’on appelle parfois  « les parias de Nautia »… 

 

- Skiss pass i6 ?

- LK : euh, bonjour monsieur accepteriez vous de répondre à quelques questions pour le Koala ?

- 6 tu ve

- LK : Comment vivez vous les réactions hostiles qui ont accompagnées vos premiers posts à Nautia ?

- C pa koolj’me san rej t…

- LK : Comment envisagez vous votre avenir à Nautia ?

- ya pa d’avnir, jme kass de 7 ml 2 merd

- Vous prononcez vous pour la dépénalisation du « style sms » ?

- a donf’, fo pa ré v… a+

 

Et c’est le cœur plein de larmes que votre serviteur voit s’éloigner les épaules avachies de cette pauvre créature égarée, s’interrogeant sur le devenir de cette génération perdue, dont la détresse nous renvoie à nos propres égoïsmes et intolérances, et blah blah blah, et blah blah blah

Fin.