Opération Blizzard du Désert   
Origines de l'opération

Mail de , le 2/05/2002

J'ai sur la table un rapport du département de recherche sur la défense (je savais meme pas qu'il existait une telle section au consulat !). On m'indique que des signaux de detresse ont été enregistrés sur les ondes courtes, en provenance du sud ouest de Nautia. J'ai immédiatement contacté le département de géographie mais on me dit qu'à cet endroit il n'est censé n'y avoir rien du tout, ou en tout cas, des forêts et des lacs. Etant donné qu'il n'y a pas d'erreur possible quand à l'orgine des sigaux, je demande à un groupe de volontaires de se constituer pour aller, de visu, explorer les lieux. Je m'occuperai personellement de suivre au jour le jour l'avancée de l'équipe en direct du consulat.

Arpad Orenko vient de me confirmer qu'il mettra a notre disposition un avion de ligne Krasspace K-28 à l'aéroport de Kaora. J'ai fixé un rendez vous pour demain à midi. Il faut donc trouver un troisième volontaire pour demain matin 6h, pour rejoindre l'aéroport de Kaora en temps et en heure.

Il faut savoir que les Pryans sont déjà impliqués dans une opérations humanitaire du côté d'Afiosso pour soigner les victimes de la guerre civile et qu'ils ne pourront faire plus. (mais c'est déjà pas mal).

Juli et Cyril sont priés de trouver des parachutes (il y en a dans le bunker du Consulat je crois) de les vérifier et de préparer le matériel qu'ils emporteront (faire une liste).

L'opération se déroule pour le moment convenablement et la vitesse de la mobilisation permettra d'atteindre le point que nous nomerons le point "G" dans un temps record.

Je peux aller me coucher tranquille alors. Rendez vous à six heure, demain matin, devant le consulat. Il y aura un minibus qui vous emmenera au port pour ensuite prendre un zodiaque pour atteindre l'aéroport. Tout est déjà payé, il n'y a plus qu'a y aller. Faudra penser à me dire ce que vous avez pris dans la réserve de matériel du consulat. Sinon, j'ai prévu des sandwichs pour le petit déjeuner: il y en a un au beurre de cacahouettes et un au fromage (chacun). Il y a un aussi une bouteille de rouge-qui-tache, vous savez, la bouteille preferée de Pierre.

Bon courage, je vous recontacte par radio demain.

Phase I

Mail de , le 3/05/2002

A 4 h 27, heure de Nautia, les quelques chats qui survivent tant bien que mal dans les decombres de Talamanca ont pu voir passer une bien etrange equipe. Menee par Cyril Dejonghe, 4 hommes se sont rendues jusqu'au Palais Consulaire. La, dans le gris du petit matin, Cyril a demande a Matthieu "C'est la, non ?" auquel Matthieu a repondu "Eziaktement". Les deux hommes ont alors prononce des mots etranges et une trappe est apparue dans le sol. Juli a alors murmure "... la chambre consulaire secrete... je pensais bien qu'elle existait", Hermann a bougonne "et apres, vous me jouez le coup des pacifistes ?". Matthieu s'est justifie d'un bref "heu, c'est pas ce que tu crois, hein, c'est reserve aux operations 'speciales'...". Juli a alors retorque "speciales comment ?" puis les 4 hommes ont emprunte l'escalier qui s'offrait a leurs yeux ebahis. Ils en sont ressortis 12 minutes plus tard, fin pret pour l'expedition.

Pour plus de transparence, nous offrons ici un petit apercu de l'equiment qu'ils ont trouve bon d'emprunter pour mener a bien la mission

Cyril :

  • 1 combinaison en Kevlar
  • 1 bat-ceinture
  • 2 gants equipes de griffes retractiles pour l'escalade
  • 2 rangers ignifugees "Haroun Tazief"
  • 1 sac a dos
  • 1 necessaire d'escalade/speleologie/rappel
  • 1 lampe torche
  • 1 carte au 20.000 de la region
  • 1 gourde
  • 1 t-shirt "PANDAS FOR EVER"

Juli :

  • 1 combinaison ignifugee
  • 1 casque radar/sonar/ultrasons serie "camouflage Printemps/Ete"
  • 1 boussole
  • 1 sac a dos 27 poches serie "Je surivis dans la Jungle sans avoir a manger mes petits camarades"
  • 1 trousse de soins
  • 10 fusees eclairantes
  • 2 rangers d'un beau bleu sombre constelle d'etoiles
  • 1 radio
  • 1 lampe torche
  • 1 gourde
  • 1 fusil a elephants muni d'un tres gros silencieux
  • 1 tee-shirt "Che"

Matthieu :

  • 1 combinaison de plongee
  • 2 palmes
  • 2 bouteilles O2 - N2
  • 1 masque, 1 tuba
  • 1 sac a dos pour mettre tous ces trucs
  • 1 tenue "Le Petit Explorateur 2002" de chez Nature et Decouverte
  • 1 code civil et 1 recueil des lois de la Premiere Republique
  • 1 baladeur CD dernier cri, anti-chocs bass-booster
  • 1 CD "le kung-fu en 42 lecons"
  • 1 lampe torche
  • 1 gourde

Hermann :

  • 1 combinaison de camouflage "Cameleon" se confondant avec le decor
  • 1 sac a dos
  • les rations de la troupe
  • 1 lampe torche
  • 1 gourde
  • 1 M16 canardant de la seringue hypodermique
  • 1 poignard commando
  • 2 rangers avec lames incorporees dans la semelle
  • 1 boussole
  • 1 carte de la region au 20.000

A 4 h 45, ils montaient dans un hover-craft requisitionne pour l'occasion et tenue a disposition en baie de Talamanca

A 5 h 58, heure de Nautia, ils embarquaient un peu essouflle a bord de l'avion de ligne Krasspace K-28 à l'aéroport de Kaora

Phase II

Mail de , le 3/05/2002

L'équipe est arrivé à bon port 2h20 après le décollage. Le saut en parachute s'est parfaitement bien passé sauf pour Matthieu qui s'est empétré dans un arbre et qui a du être descendu à coup de machette. Mais au final, tout s'est bien déroulé. Ils m'ont contacté par radio vers 17h sur onde courte. Il y a peu d'éléments nouveaux sur cette affaire: le point G est à peu près à 50Km de marche à travers une forêt très dense et sauvage. Le plan est très simple: on tente le risque zéro ce qui implique pour cette nuit de monter un camp, avec des tours de garde, etc... pour ensuite progresser en plein jour demain matin. Tout l'équipe à pris tout ça en main très aisement, à croire qu'ils sont habitués à ce genre d'expedition. Demain matin, à l'aube ils progresseront vers l'objectif qui continue à émettre régulièrement le signal de détresse en code morse (TUT TUTUTUTUT TUT (c'est le bruit du signal de détresse en code morse (NDLR))). Cyril, que j'ai eu par radio m'a assuré que l'équipe était soudée et que chacun y allait de sa bonne blague, surtout Juli qui semblait revigoré par cette escapade à l'Indiana Jones. Il est vrai qu'ils ont plutot l'habitude de se rencontrer au Parlement, ou au marché de Talamanca (pour faire leurs courses) mais là, ça les change quand même pas mal de décor. Je dois les recontacter demain par radio. Je vous tiens au courant.

Phase III

Mail de , le 4/05/2002

Je viens d'etre joint par Juli qui m'a donné les dernières nouvelles: la progression vers l'objectif est bonne sauf que les mesures de son casque radar indique que l'objectif est mobile: on peut donc supposer que les personnes (les choses ?) qui envoient le signal de detresse sont en mouvement. Leur vitesse de déplacement est de 2 km par heure alors que nos quatre hommes progressent a peu près à 4 km par heure. Juli a proposé d'envoyer une fusée éclairante pour signaler leur présence mais Matthieu, plus prudent, a conseillé de rester discret, pour "garder l'avantage" ce que Cyril à tout de suite transformer en "garder l'avantage pour une attaque surprise", expression qui a tout de suite plu a Hermann qui a redoublé sa cadence de pas (n'ayant pas peur d'user ses rangers). Vers 19h45, ils ont atteint ce que Cyril appel "la barre de l'Alambra", une barre rocheuse située sur un rift local ce qui veut dire, en décodé, une dénivellation violente du terrain qui s'accentue d'années en années et qui provoque de grosses secousses sismiques. D'après le Géologue/Géographe de l'équipe, cette barre rocheuse marque aussi la frontière de la flore de la région, créant un micro climat dans la partie basse ou ils se trouvent qu'on peut décrire sans trop faire d'erreur comme un climat tropical. Dans la partie haute, la faune s'amenuise fortement et peut meme conduire à une terre aride, voire rocailleuse suivant le vent qui règne dans cette région qui peut carrément emporter toute la terre, laissant la roche à nu. La barre rocheuse s'étend globalement d'est en ouest et le point G se ballade au nord, soit en plein milieu du plateau, soit carrément plus loin, c'est à dire sur un début de montagne ou dans une autre partie basse au climat tropical. Il n'est donc pas facile de savoir s'il faut escalader la barre pour parcourir le plateau ou décider de contourner l'obstacle par l'est ou l'ouest en esperant trouver un passage qui menerait plus au nord. permettant d'atteindre la prochaine cuvette. Cyril possède dans son équipement tout ce qui est nécessaire pour ce genre d'exercice mais il est le seul dans ce cas. Le choix est difficile. Pour l'instant la nuit tombe et j'ai conseillé au groupe de faire étape en bordure de la barre rocheuse et de discuter de la journée de demain.

Concrétement, les différents interessés peuvent envoyer leurs reflexions sur la liste et décider de l'option la meilleure. Je les recontacterai demain, journée chargée car ils vont devoir voter par Wap avec le sattelite de Prya (Prya-Sat-I) qui fera la liaison et l'authentification CHAP pour valider leur vote en forme de Pomme. J'invite l'équipe à se concerter un maximum et à me donner leur choix pour la suite de l'opération blizzard du désert.

au quartier général de Talamanca,
JFL

Phase IV

Mail de , le 7/05/2002

Journal de bord du chef de l'expedition Blizzard du desert, jour 1, 16 h.

Avons campé au pied de la Barre des Grands Vents, comme nous l'avons baptisé après que le bob de Matthieu se soit envolé, littéralement arraché du sommet de son crane...

Avons pour cela utilisé le matériel de couchage que nous ont gentiment prété les pryans, en constatant que nous n'avions embarqué ni tente, ni sac de couchage, ni ours en peluche dans notre précipitation.

Au petit matin, Juli a fait le café et nous a réveillé tendrement a coup de rangers bleu étoilé dans les cotes. Avons décidé de nous séparer pour la journée. Je vais tenter d'escalader pour repérer le point G tandis qu'ils contourneront la Barre par l'ouest. Nous nous retrouverons ce soir.

Suis monté en tête en insttallant de piteux petits pitons pour les suivants, si jamais nous réemployons cette voie. Je pense redescendre en rappel ce soir. De mon coté, je n'ai pas eu trop de problème. Ai déjeuné sous un surplomb vers 13h30. Il est désormais 16 h et je me demande si je ne me dirige pas vers un mirage, car le sommet me parait toujours aussi loin. Je vais redescendre en rappel... peut etre qu'en faisant monter Juli, son casque distinguera quelquechose la ou je ne vois rien.

Phase V

Mail de , le 10/05/2002

Acte XXI - Scène 2

Je viens de joindre Juli à l'instant même: le silence de ces derniers jours vient du fait qu'une soudaine brume s'est levée sur la religion rendant la visibilité comme "de la purée de pois cassés" selon ses propres termes. Du coup, le reste de l'équipe n'a pu retrouver Cyril. Ils ont contourné le plateau par l'Ouest et cela a pris plus de temps que prévu. Evidemment, à l'autre bout, Cyril n'était pas là et comme il n'a pas pris de Talkie Walkie, ils ne peuvent le contacter. Pourtant, le lieu de rendez vous était précis: "de l'autre coté, près de l'arbre, ouais, par là". Je leur ai conseillé de chercher Cyril en tout premier lieu. Le point G n'est pourtant qu'à quelques kilomètres, deux tout au plus.

Surprise pour toute l'équipe de l'autre coté du plateau: il existe des traces de civilisation humaine ! Ci-joint la photo que m'a transmise Juli par onde courte (12 heures de download...). Il s'agirait d'être prudent. Nous ne savons pas encore si les habitants du coin sont toujours là ou non. Mais vu les traces sur le sol, il est probable que les maisons soient habitées. Nous en saurons plus dans quelques heures. Ci joint, les photos transmises par Juli (quel photographe tout de meme !).

en direct du Consulat,
JFL

Vu d'une maison

Vu du hameau

Phase VI

Mail de , le 13/05/2002

Ffffrrrhh... Allofffrrhh... Me recevrererez vous ? J'ai retrouve une partie du materiel de l'autre groupe apres les avoir piste pendant 2 jours... il semblerait que... qu'on se soit battu dans ce village... Je reste planque dans l'attente d'informations sur ce village... Un autre probleme est que je risque de manquer de vivres d'ici peu de temps, et que ma gourde est quasiment a sec... je ne comprends rien a ce qui se passe et je.... ffrrgg... et je wuiizzzh... et merdrrerere....

Phase VII

Mail de , le 14/05/2002

allo Cyril ?

Je viens de joindre Juli par radio: ils sont tous sain et sauf. En fait, ils ont rencontré une tribu de la la fédération de Bilombo, une peuplade qui habitait toute la partie Ouest de l'ile vers 3500 av J.C. Historiquement, l'ile fut dépeuplée vers 800 av J.C. et il semble que cette minuscule peuplade d'une cinquantaine d'homme ait survécu. D'après Juli leur niveau technologique est... étrange. Ils vivent de manière traditionelle, c'est à dire de chasse, de pèche et de cueillette, il maitrise le feu, etc.. mais ils ont aussi des "objets de pouvoir" qui leur permettent d'executer certaine tache dite "magique". Par exemple, ils ont des pierres de lumière pour éclairer les huttes. Matthieu, toujours intéressé par un bidule qu'il ne comprend pas n'a pas su déterminer comment cela fonctionnait. Il y a d'autres objets étranges dont certains sont réservés au Shaman du groupe. On pourrait dire qu'ils possèdent une espèce de technologie alternative qui rendent certains objets assez proches du règne végétal. Cyril, tu devrais y jeter un coup d'oeil, peut être a tu déjà vu quelque chose de semblable.

Toute l'équipe est réuni dans la seule batisse en pierre qui ressemble à une salle commune. En fait, le village est désert parce qu'ils ont un problème que Matthieu, avec grande diplomatie, à réussi à comprendre: le coin est infesté d'alligator qui attaquent le village à la nuit tombée. D'après Matthieu cela pourrait bien être eux qui ont envoyés le signal de détresse parce que le point G émane du camp. A cause du faible niveau de compréhension, il n'a pas pu confirmer cette hypothèse mais cela semble probable parce que les Bilombois (ca se dit ?) ont l'air de vouloir qu'on les débarasse des aligators. Enfin, tout ca sous réserve de la correcte interprétation de Matthieu.

Voilà ou nous en sommes. Cyril peut rejoindre le groupe sans problème et il ne reste plus qu'a décider ensemble si vous pouvez résoudre le problème sur place. Par ailleurs compte tenu de cette rencontre singulière il va falloir décider quels vont être nos rapport futurs avec cette peuplade qui n'a pas vu l'ombre d'un étranger depuis... 5000 ans...

Alors ?

en direct du Consulat sur ondes courtes,
JFL

Phase VIII

Mail de , le 14/05/2002

APres avoir recupere la troupe de bras casses qui me servent d'adjoints dans cette mission (la RFV, le seul pays qui envoient 2/3 de ces citoyens en mission pour repondre a un appel de detresse...), j'ai parle longuement avec Juli qui essayait de discuter avec les indigenes tandis que Matthieu retenait Hermann qui avait tendance a un peu s'emporter par moment...

De ce que j'ai compris de nos Bimlombos, leur maitrise de la nature est assez exeptionnelle et pourrait nous aider dans la reconstruction de Talamanca, pour un peu qu'on arrive a en apprendre qqchose... Matthieu suggere qu'on les laisse en paix tant qu'on a pas redige une loi sur la question et on n'a plus de vivre, et la maison me manque... bref, on voudrait bien rentrer, mais on fait comment ? De plus, trois jeunes adultes Bilombos nous oont pris en affection parce qu'ils pensent que nous sommes un signe totemique pour leur "rite de passage" a l'age adulte... je ne sais pas comment ils vont reagir au voyage de retour, mais je pense qu'on pourra les heberger sur Ilette pour leur eviter l'impact avec notre civilisation (quoique que pour ce qu'il en reste...). Je les ai laisse libres de leur choix.

Dans tous les cas, l'equipe commence a s'impatienter, venz nous chercher !!!

Phase IX

Mail de , le 14/05/2002

Je viens de contacter les Pryans pour organiser un rapatriement. C'est une question d'heure à priori. Si tu arrives à préparer les bras cassés qui t'accompagnes Cyril, je devrais pouvoir t'envoyer un hélico pour vous cueillir. Je te reconfirme l'info sous peu.

JFL

Phase X

Mail de Jochen Gorbulski, le 14/05/2002

Ils entendirent le vrombissement de l'hélicoptère bien avant de le voir apparaitre car il volait à basse altitude au dessus de la fôret. C'était un énorme hélico d'un genre un peu particulier qu'ils n'avaient encore jamais vu. Il avait la carlingue d'un avion de ligne mais un avion qui aurait des ailes tronquées et surmontées chacune d'un très gros rotor. Et ça faisait un boucan d'enfer. Une petite nacelle apparut suspendue à un cable et descendit jusqu'à leur hauteur. Juli et Cyril se précipitèrent dedans et furent les premiers à être hissés à bord de l'hélico. Les autres membres de l'expédition ne tardèrent pas à les rejoindre. Ils furent accueillis à bord par des militaires ce qui surprit Matthieu: "Depuis quand les Pryans ont- ils des militaires? Je croyais qu'ils étaient ultrapacifistes". Alors Cyril se pencha vers son oreille et lui chuchotta "ce ne sont pas des Pryans!" tandis que Juli pointait discrètement du menton une petite plaque gravée de trois mots: Forces Aériennes Krassauersteinoises.

Un officier vint les accueillir et leur appris qu'ils étaient à bord d'un Krotor KR-35 des FAK. Quelques temps plus tard, l'appareil se posait à Talamanca au terme d'un voyage agrémenté par la projection d'un documentaire sur la vie et l'oeuvre d'Heidy Merks. Après avoir craint un instant d'être emmenés dans un camp de rééducation idéologique du côté de Krassbach, c'est avec un certain soulagement que les membres de l'expéditions Blizzard apperçurent les ruines familières de Talamanca. Ameutée par l'atterrissage de cet étrange engin volant une foule de curieux étaient là pour les accueillir.

En descendant du Krotor KR-34 (et non pas 35 comme cela à été dit précément pour induire en erreur les "espions kapitalistes") les Nautiens furent accompagnés sur le sol de la RFV par leur "sauveteur" et ils furent quelque peu surpris d'apprendre qu'il s'agissait du général Gorbulski en personne, le président du Krassauerstein.

Phase XI

Mail de , le 14/05/2002

Merci a vous General, pour ce retour ma foi fort agreable. Assurer vos compatriotes du Krassauerstein de notre gratitude eternelle.

Vos helicos, la, ils sont serieusement sympatiques... si vous avez 5 minutes, je connais un bar a Ilette ou on sert de ces cocktails... l'Ice Club ca s'appelle... en plus, il faut que j'y depose ces 3 indigenes que vous avez du apercevoir...

SI ca vous tente...



<< Retour à Histoire de Nautia : L'histoire de Nautia et ses évenements marquants
Le 10 mai 2002, Jean-François Lalande
Les Presses de la République sont motorisées par CMS Made Simple