Les étapes du développement de la géographie virtuelle   
1ère étape : l'adoption de la loi sur la géographie virtuelle

Cette loi a été proposée par le Consul. Dans un rapport préliminaire, le Consul a fait des propositions sur le développement général de la géographie virtuelle. Il a ensuite proposé une première loi sur ce sujet (21 novembre 1999). A l'occasion de cette loi, un problème d'interprétation a été soulevé par Juli. Ce problème a été tranché par la justice en décembre (cliquez ici pour lire la décision). Afin de limiter les effets de cette décision et de réunir un consensus, une motion, proposée par le Consul, a été adoptée le 18 décembre 1999.

2ème étape : l'adoption de la carte de la future île de Nautia

Malgré le retard pris à cause des difficultés d'interprétation de la loi, plusieurs cartes ont été déposées, dans le courant du mois de décembre 1999. Elles ont ensuite été soumise au vote, entre le 10 et le 23 janvier 2000. Au premier tour de scrutin, la carte d'Anne est arrivée première, avec 4 voix. Sont arrivées seconde ex-æquo la carte de Juli et Leila et la carte de Julien, avec 3 voix chacune. Enfin, la seconde carte du Consul n'a obtenue qu'une seule voix. Juli a retiré sa carte. Au second tour, la carte d'Anne l'a emporté par 6 voix contre 3. Elle a été promulguée le lendemain.

3ème étape : l'adoption d'un nom pour notre île

Les propositions de nom ont été déposées par les citoyens en décembre 1999 et en janvier 2000. Les propositions sont les suivantes :

  • Le Cèdre (par Matthieu)
  • Utopia (par Juli)
  • Aulne (par Adrien), afin de faire "Le roi des Aulnes"
  • Nautia (par Julien A.), pour les "inter-nautes"
  • Sybaris (par Julien A.), par référence aux Sybarites : vivant dans le luxe et la molesse
  • Netile (par Julien D.), par référence au fait que nous vivons sur une île sur le net.

Au cours du premier tour de vote, dans la semaine du 24 au 30 janvier, Nautia et Netile ont obtenu chacune 4 voix, Utopia 2 voix et Sybaris une voix. Le second tour, entre Nautia et Netile, a donne Nautia largement gagnante

4ème étape : la mise en place de la commission parlementaire à la géographie virtuelle

Le Consul a mis en place courant décembre 1999 une commission parlementaire chargée du suivi des affaires géographiques. Cette commission, ouverte à tous les citoyens, n'avait pas de compétence véritablement définie. Elle a eu un rôle de suivi des affaires et de proposition. Cyril Dejonghe a été nommé proquesteur pour la géographie virtuelle et la dirigea à ce titre du 31 janvier 2000 jusqu'à la fin du Gouvernement d'Union Nationale dans la catastrophe du 8 octobre 2001.

5ème étape : la toponymie

La commission des affaires géographiques a proposé au Parlement l'adoption d'une motion sur le nom des mers alentours, qui a été adoptée le 6 février 2000 par le Parlement Nautien. Cette motion est la suivante :

  • la mer située à l'est de l'île s'appelle la Mer de Nautia
  • la baie en rade de notre capitale portera le nom de Baie de Talamanca
  • la Mer située au nord et à l'ouest de notre île s'appelle "mer de Momkein"
  • la mer située au sud et à l'ouest de notre île s'appelle "mer du Balouchkan"

Cette motin est en fait rentrée en application après l'adoption du nom de la capitale de Nautia, Talamanca, sur proposition de Juli (5 mars 2000).

6ème étape : la mise en oeuvre du projet "Leila"

Le projet Leila est une réserve zoologique située sur l'île d'Ilette. Prévu par la loi sur la géographie virtuelle, sa mise en oeuvre a appartenu au Proquesteur à la Géographie, en concertation avec la Commission Géographie, jusqu'à l'avênement de la Seconde République.



<< Retour à Géographie de Nautia : La géographie de Nautia : ses villes (Talamanca, Lédao), le village de Débian, la réserve zoo(il)logique d'Ilette.
Le 2 mai 2002, Cyril Dejonghe
Dernière modification le 16 avril 2006 par le Directeur des Presses
Les Presses de la République sont motorisées par CMS Made Simple